Bukavu : Sam Tshibangu définit le profil type d’un bon entrepreneur

Ce mercredi 1er novembre 2023, les chrétiens célèbrent la Toussaint. C’est une fête chrétienne qui honore tous les saints connus et inconnus. Mr Sam Tshibangu profite de cette solennité pour échanger de vive voix avec la jeunesse de Bukavu. L’amphithéâtre du Collège Alfajiri de Bukavu au Sud-Kivu sert de cadre cet échange.

Pour devenir entrepreneur, il faut prendre le risque, avoir une ambition, être déterminé, avoir le goût du challenge et le leadership. Ces principaux traits de caractère sont définis par l’orateur du jour en tant que profil type d’un entrepreneur.

C’était à l’occasion d’une campagne de sensibilisation de la jeunesse axée sur la promotion de l’entrepreneuriat.

Mr Sam Tshibangu, fils de Bukavu est un entrepreneur. Il collabore étroitement avec Furaha Toto Safari, la bourgmestre adjointe de la Commune d’Ibanda pour aborder l’importance de cette campagne.

Devant des milliers de jeunes venus des trois communes de la ville de Bukavu, ce jeune entrepreneur proche du chef de l’Etat répond aux questions difficiles.

Il circonscrit sa présence à Bukavu dans le cadre d’une visite qui fait suite à l’entrevue du chef de l’Etat avec des jeunes entrepreneurs ce lundi dernier à Kinshasa.

« Tshisekedi fait de l’entrepreneuriat une des questions prioritaires », indique Tshibangu en ajoutant que sa vision est également de promouvoir la classe moyenne congolaise.

Quelques jeunes évoquent l’épineuse question liée aux mécanismes étatiques d’encadrement des jeunes. Faisant sienne cette préoccupation, le conférencier indique que le chef de l’Etat a un bon projet pour l’émergence de la jeunesse du Sud-Kivu et de la ville de Bukavu en particulier.

« Il ne suffit pas d’être un opérateur politique pour gagner sa vie, l’entrepreneuriat reste le moyen le plus solide pour la croissance d’une entreprise, dont la conséquence première est la création de la richesse », conseille-t-il en appelant tous les jeunes à l’unité et la solidarité. Les jeunes doivent être des créateurs d’emplois et non des quémandeurs d’emploi.
De son côté, Furaha Safari Toto pense que les jeunes doivent être plus courageux car l’entrepreneuriat soutient la croissance et le développement économiques via les innovations sur le marché.

Accompagnée des membres de l’Asonamoc, la bourgmestre adjointe de la commune d’Ibanda à Bukavu est témoin d’un acte de charité dont Tshibangu a démontré devant les participant à cette campagne de sensibilisation.

Son visiteur a livré quelques motos aux femmes motocyclistes de l’Asonamoc, une association dont Furaha Toto Safari Cimanuka est présidente d’honneur.

De manière envisagée, Sam dote 10 machines à coudre à une association des femmes désœuvrées. Une façon de les appeler à soutenir le pouvoir économique de leur ménage.

« Tous les projets émis dans cette salle pleine à craquer seront honnêtement soumis au chef de l’Etat Félix Tshisekedi », a-t-il promis devant la femme qui va toujours au bout de ses prétentions.

Placée sous la dénomination ‘’Meet the president’’ à Kinshasa, l’homme surnommé ‘’Oncle Sam’’ à Bukavu, lui, a placé cette grande rencontre sous le signe d’une interaction spéciale avec la jeunesse entreprenante.

  • Ben Mugisho

Benjamin WATCHDOG

Learn More →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *