Est-RDC : Il n’y a pas de paix sans justice

Partenariat pour la Protection Intégrée PPI rappelle que dans des zones en proies aux conflits armés, nombreux Défenseurs des Droits Humains ont fui leurs milieux. Un rappel placé ce 10 décembre 2022 à l’occasion de la commémoration de la DUDH.

Ils se retrouvent parmi des milliers des déplacés qui sont cantonnés dans des camps. D’autres se retrouvent dans des familles d’accueil à Goma et dans d’autres provinces de la partie Est du pays.

Paraphrasant le Prix Nobel de la Paix 2018, Pascal Mupenda pense également qu’il n’y a pas de paix sans justice.  Partenariat pour la Protection Intégrée PPI, condamne les violations et abus à l’égard des défenseurs des droits humains.

Cette organisation de défense des droits humains formule quelques recommandations. Quelques-unes sont adressées au au Président de la République. Il est demandé au chef de l’Etat d’adresser officiellement une requête au conseil de sécurité des nations unies sollicitant la mise en place d’un Tribunal Pénal International pour le Congo, et au Conseil d’y faire droit, et/ou les chambres spéciales mixtes, afin que les auteurs des crimes graves commis en RDC depuis des décennies soient punis, gage de la consolidation d’un Etat de droit.

Cette structure citoyenne demande au parlement de bien vouloir voter la proposition de loi relative à la protection et responsabilité du défenseur des droits de l’homme en République Démocratique du Congo, mais également la proposition de loi sur l’accès à l’information, en vue d’améliorer l’environnement de travail des DDH et des journalistes.

  • Angel Nsimire

Benjamin WATCHDOG

Learn More →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *