Alerte : La société civile environnementale de Kabambare se mobilise contre l’exploitation illégale du bois rouge

La société civile environnementale du territoire de Kabambare, dans la province du Maniema en République démocratique du Congo, lance un cri d’alarme face à l’exploitation illégale du bois rouge et mukula qui menace gravement la biodiversité locale, notamment les populations de grands singes.

Des forêts en danger face à une exploitation illégale massive

Les forêts du territoire de Kabambare, riches en biodiversité et abritant un grand nombre d’espèces animales menacées, sont sous le joug d’une exploitation forestière illégale qui s’intensifie depuis plusieurs mois. Le bois rouge et le mukula, essences précieuses très prisées sur le marché international, sont particulièrement ciblés par les exploitants illégaux, qui n’hésitent pas à recourir à des méthodes destructrices pour maximiser leurs profits.

Des conséquences désastreuses pour l’environnement et les populations

Cette exploitation illégale a des conséquences désastreuses pour l’environnement. La déforestation massive entraîne la destruction des habitats naturels des grands singes et d’autres espèces animales, fragilisant ainsi l’équilibre des écosystèmes forestiers. De plus, elle contribue à l’érosion des sols, à la pollution des rivières et à l’accentuation du changement climatique.

Mobilisation de la société civile et action judiciaire

Face à cette situation alarmante, la société civile environnementale de Kabambare ne compte pas rester les bras croisés. Elle a décidé de monter au créneau pour dénoncer ces pratiques illégales et exiger des autorités compétentes des mesures concrètes pour protéger les forêts et la biodiversité du territoire.

Dans le cadre de cette mobilisation, la société civile a salué l’ordonnance récente du tribunal de grande instance de Salamabila ordonnant la saisie de tous les bois exploités illégalement. Cette décision constitue un signal fort de la détermination des autorités à lutter contre ce fléau et à faire respecter la loi.

Nécessité d’une action urgente et concertée

Cependant, la saisie des bois ne suffit pas. Des actions plus profondes et durables sont nécessaires pour enrayer l’exploitation illégale du bois rouge et mukula à Kabambare. Il est crucial de renforcer les contrôles forestiers, de sensibiliser les populations locales aux enjeux environnementaux et de développer des alternatives économiques durables pour les communautés dépendantes de la forêt.

La protection des forêts de Kabambare est un enjeu majeur pour la préservation de la biodiversité et la lutte contre le changement climatique. La mobilisation de la société civile et l’action des autorités judiciaires constituent des étapes importantes dans la lutte contre l’exploitation illégale du bois. Il est maintenant essentiel de poursuivre sur cette lancée et de mettre en place des solutions durables pour garantir la protection à long terme de ces écosystèmes précieux.

  • Eco-Kilo

Benjamin WATCHDOG

Learn More →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *