Grands Lacs : La Suisse appuie la lutte contre la malnutrition au Burundi

La 3ème phase du Projet de lutte multisectorielle contre la Malnutrition Chronique est lancée. La cérémonie a eu lieu le vendredi 16 décembre 2022 dans la province de Muyinga au Burundi.

Ce projet est soutenu par la Suisse. Il est exécuté par les Agences du Système des Nations Unies. Il s’agit de l’Unicef, le Pam ainsi que le FAO à travers le Bureau du Multi Partner Trust Fund, MPTF.

Cette 3ème phase vient consolider les acquis des deux premières phases dans la province de Ngozi, l’extension aux provinces de Muyinga et Kayanza, avec un appui au volet institutionnel, la protection sociale et les organisations locales (Caritas Burundi, Fondation STAMM) pour assurer la pérennisation du projet.

A Muyinga, le projet est lancé vendredi dernier

Qu’en est-il de ce projet au Sud-Kivu ?

Cette phase vise à consolider les acquis des deux phases précédentes dans la lutte contre la malnutrition chronique dans les zones de santé de Bunyakiri et Minova, situées dans le territoire de Kalehe, dans la province du Sud-Kivu.

Cette nouvelle phase va également contribuer à réduire de façon significative la prévalence de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de cinq ans dans cette province d’ici 2025.

Selon la MICS 2018, le taux de malnutrition chronique s’élève à 48% au Sud-Kivu largement au-delà du seuil critique de 30% et représente près de 700.000 enfants de moins de 5 ans. Kalehe est parmi les territoires les plus affectés par la malnutrition chronique, particulièrement les zones de santé de Bunyakiri et Minova, avec des prévalences, respectivement de 66,4% et 51%, selon les résultats de l’enquête d’évaluation du projet DDC phase 2, d’août 2021.

Ce projet est mis en œuvre conjointement par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), le Programme Alimentaire Mondial (WFP) et le Fonds des Nations pour l’Enfance (UNICEF), en collaboration avec les Ministères de la Santé publique, Hygiène et Prévention, de l’Agriculture et du Plan, ainsi que les organisations non-gouvernementales internationales et locales.

« Dans le cadre de ce projet, l’intervention de la FAO a pour objectif essentiel d’accompagner les femmes enceintes et allaitantes à améliorer l’accès aux aliments diversifiés de haute valeur nutritive à travers la production de cultures bio fortifiés, le développement du petit élevage et la promotion d’activités génératrices de revenus », a déclaré Aristide Ongone Obame, Représentant de la FAO en RDC.

  • Ben Mugisho

Benjamin WATCHDOG

Learn More →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *