Bukavu : Quel message porte le corps flottant sur le lac Kivu ?

Le corps sans vie, visiblement d’une femme âgée d’environ une vingtaine d’années flotte sur les eaux du lac Kivu. La situation est perceptible non loin de vieilles embarcations de la SNCC. C’est sur avenue Michombero au quartier Nkafu dans la commune de Kadutu à Bukavu.

Depuis le 26 septembre aux environs de 16 heures, quelques passants découvrent ce cadavre du genre féminin. « Combien de corps sans vie faut-il compter pour que l’autorité urbaine se prononce et agisse pour sécuriser ses administrés », se demande Julien Namegabe, président de la société civile sous noyau de Nkafu.

Le responsable de cette structure citoyenne rappelle sans hésiter que cela plus d’une décennie qu’il ne se passe plus un mois sans qu’on ne découvre des corps sans vie au quartier Nkafu.

Pour lui, le terme « corps sans vie » devient décidément un « slogan » utilisé par des spectateurs du moment que ce vocable devait interpeller plus d’un sur la prise en charge de la population et ses biens.

Que voudrait révéler la présence d’un cadavre d’une femme déjà en putréfaction ? Que voudrait exprimer un corps humain qui flotte sur les eaux d’un lac si majestueux à Bukavu ?

Cette situation pousse certains acteurs de la société civile à dénoncer cet état de chose. Ils appellent la population à demeurer aux aguets et collaborer avec les services de sécurité pour signaler tout cas suspect.

« Vous devez rester en alerte lorsque ces nouvelles liées à la résurgence sécuritaire sont annoncées », appelle Namegabe recommandant à la justice de mener des enquêtes afin de retrouver les instigateurs de ces actes ignobles.

Quelques actions citoyennes dont l’objectif est de lutter contre la recrudescence de l’insécurité au quartier Nkafu sont annoncées.

  • Ben Mugisho

watchdogmedia

Learn More →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *